Les surcharges E.A. de l’Algérie indépendante.

Les accords d’Evian mettant fin à la guerre d’Algérie étaient signés le 18 mars 1962 et approuvés par référendum le 8 avril 1962.
Le référendum d’autodétermination algérien avait lieu le 1er juillet 1962 et le 3 juillet 1962 le Général de Gaulle annonçait l’indépendance de l’Algérie.
Mais l’Algérie utilisait les timbres de France, dans la hâte la Poste décida de les surcharger avec les lettres E.A.abréviation d’Etat Algérien.

La circulaire suivante est adressée le 27 juin 1962 pour application à partir du 3 juillet.
Les premières surcharges à l’aide de tampons en caoutchouc sont de suite mises en application.

CIRCULAIRE TELEGRAPHIQUE POUR TOUS DIRECTEURS DEPARTEMENTAUX ET TOUS BUREAUX - ALGER ET MEDEA -Y COMPRIS SAHARA EN DATE DU 27 JUIN 1962

-N°509 - A.G.C.
A compter du 2 juillet 1962 la vente des Timbres-Poste sera exclusivement limitée aux valeurs suivantes 0,10 Moissonneuse - 0,25 République - 1,00 Médéa Porte de Lodi - STOP -
Le montant des divers affranchissements sera composé s'il y a lieu à l'aide des diverses valeurs - STOP -
Les Timbres-Poste ainsi mis en vente seront obligatoirement revêtus de la surcharge "EA" (initiales de la mention ETAT ALGERIEN) - STOP -
Il appartiendra aux bureaux de porter cette surcharge sur tous les timbres-poste mis en vente - STOP -
Le nécessaire sera fait par les Recettes Principales lors de l'envoi de figurines aux bureaux de leur département - STOP -
La surcharge sera apposée à l'aide de timbres en caoutchouc commandés si possible sur place. Les lettres devront avoir les dimensions suivantes / hauteur 6 millimètres Largeur 3 millimètres Epaisseur 2 millimètres - STOP -
Les timbres en caoutchouc pourront être constitués par une barrette de 10 centimètres et portant 5 fois le groupe de lettres E.A. séparées par un intervalle de 12 millimètres de manière à pouvoir surcharger les figurines de petit format par série de 5 - STOP -
Les figurines de grand format porteront de ce fait deux fois la surcharge - STOP -
En outre l'expression "REPUBLIQUE FRANCAISE" selon la disposition des divers timbres sera annulée par un trait noir à l'aide d'une autre barrette en caoutchouc - STOP -
pour les bureaux qui n'auraient pas la possibilité de faire fabriquer sur place les timbres en caoutchouc nécessaires les Directions recevront incessamment un approvisionnement de cachets à distribuer à ces derniers - STOP -
dans les petites localités la surcharge des timbres-poste sera faite si nécessaire à la main au crayon à bille noir - STOP -
cette dernière mesure sera appliquée au surplus dans les cas d'absolue nécessité - STOP -
les mêmes mesures seront appliquées aux timbres-taxe utilisés - STOP -
Les coupons réponse seront revêtus de la griffe "ETAT ALGERIEN" qui va être employée pour les autres documents de service Il est signalé qu'il est envisagé un approvisionnement ultérieur des valeurs suivantes / 0,30 Hassi Messaoud 0,45 Gorges de Kerrata 0,50 Médea Portes de Lodi (NDRL : en réalité Tlemcen )à utiliser comme indiqué ci-dessus - STOP et FIN
Suite message N°515 - AG.C du 30 Juin 1962 - STOP -
Vous informe instructions de la circulaire télégraphique N°509 - AG.C relative à la surcharge des timbres-poste seront appliquées le lendemain du discours prononcé par le Président de la République Française et reconnaissant l’indépendance de l’Algérie - STOP et FIN

Dès le 27 juin 1962 les directeurs départementaux des postes firent confectionner des barrettes de timbres en caoutchouc.
La série « Poste » fut composée des cinq valeurs suivantes :

0,45 Gorges de Kerrata
1,00 Ruines de Médéa (variété verdâtre)
0,50 Mosquée de Tlemcen
0,10 Moissonneuse
0,25 Marianne de Decaris

La série taxe fut composée de cinq valeurs au type GERBE

Mais certains bureaux confectionnérent dans l'urgence leurs propres tampons.Ainsi les surcharges étaient différentes d'une ville à l'autre. Il existe donc une multitude de surcharge EA avec des tailles, des formes et des couleurs différentes.

Surcharge locale de Djidjelli employée uniquement dans ce bureau. On notera l'annulation de République Française au stylo à bille.

Oblitération de Bône avec deux surcharges différentes de cette ville.

Les timbres étant valables dans toute l'Algérie, il n'est pas rare de trouver un timbre surchargé dans une ville et posté dans une autre.
Surcharge typographique de Tlemcen avec oblitération d'Alger

Imprimé de Sidi Aissa à Toulon avec surcharge bicolore


Les variétés

Les timbres étaient déjà comptabilisés avant d'être surchargés, aussi même en cas de surcharges défectueuses ces timbres étaient vendus. On trouve ainsi de nombreuses variétés.
Surcharges typographiques : Un décalage de 2 mm dans le placement de la feuille de timbres à surcharger et la mention République Française n'était plus recouverte.

Surcharges avec tampon à main : beaucoup plus nombreuses que les précédentes, elles sont inhérentes à ce type de surcharge.

Décalage vers la gauche avec un tampon à main

Surcharges inversées

Surcharges rouges horizontales au lieu de verticales

Lettre de La Reghia à Alger avec double surcharge.

Nous avons présenté, dans ce vaste domaine des surcharges EA, les caractéristiques principales de ces timbres. Cependant d'autres surcharges existent. En particulier, la direction des postes avait prévu un tampon « Etat Algérien »pour surcharger la mention « République Française » dans les documents officiels.
Cette surcharge se retrouve également sur quelques timbres.

En dehors des timbres précités on trouve d'autres timbres surchargés comme le blason 0,10 d'Oran, le 0,25 Marianne à la nef et le Poste aérienne 2,00 Noratlas, Ces timbres ont été utilisés sur lettre, certainement pour combler le manque d'approvisionnement.

Les timbres surchargés furent remplacés après la livraison par la France de la série de cinq valeurs bilingues le 1er novembre 1962, et de celle des huit valeurs imprimées en Yougoslavie le 6 janvier 1963. Le retrait des timbres français surchargés EA fut effectif le 23 janvier 1963. Cependant les timbres taxe eurent cours jusqu'au 1er juillet 1963, date d'émission de la première série des taxes algériennes.


Article créé et illustré par Claude Chassagne. Janvier 2011.